PLI Hebdo - mémoire sociale parisienne

Compilation des différentes dates de l’histoire sociale d’Ile-de-France repérées dans les PLI Hebdo. Forcément parcellaire, elle peut être complétée ici pour les dates à venir ou même les dates passées.

Pour cela, des liens pratiques sont compilés en fin de page ainsi qu’une petite biographie.

Trois mini-marches à suivre pour s’y retrouver :
- les dates concernent la mémoire sociale parisienne (et non l’histoire sociale du monde) afin d’être un peu exhaustifs et d’éviter une sélection trop idéologique des dates. Y’en a déjà beaucoup et faut déjà sélectionner.
- la syntaxe s’écrit "date (année) : description de l’événement (mouvement éventuel). Et pour une même date, on classe par année.

Enfin, cette liste n’a qu’un seul but : donner des idées de petits articles pour transmettre cette mémoire.

Sources & ressources

Manquent des milliards de choses mais notamment le mouvement des chômeurs ou celui des lycéens en 2005.

Chronologies généralistes

Périodes, mouvements, groupes :

Quelques infos par lieux ici : http://www.paris-pittoresque.com/rues/ (des fois ça peut compléter des infos)

Janvier

Février

  • 19 février (1919) : attentat loupé contre Clémenceau de Louis-Emile Cottin qui tire sept balles contre sa voiture.
  • 20 février (1924) : à Paris, Ernesto Bonomini tue le responsable fasciste italien Nicola Buonservizi
  • 20 février (1894) : deux bombes contre des flics pour protester contre la répression des anarchistes.
  • 21 février (1944) : exécution de 27 membres de la FTP-MOI (dont 22 personnnes du groupe parisien Manouchian)
  • (manquent notamment des dates du mouvement des chômeurs de 1998)
  • 23 février (1848) : journée sanglante de l’insurrection de 1848
  • 24 février (1848) : les barricades partout, le roi abdique
  • 23 février (1903, à Paris) : mort de Jean-Baptiste Clément, auteur du Temps des Cerises.
  • 24 février (1889, à Paris) : sortie du premier numéro du Père Peinard.
  • 27 février (1913, à Paris) : fin du procès de la Bande à Bonnot : 4 condamnés à mort.
  • 28 février (1970, à Paris) : 2 bombes contre deux sièges d’entreprises espagnoles par le groupe Angry Brigade.

Mars

  • 1er mars 2006 : mort de Joëlle Aubron.
  • 7 mars (1975) : le MLAC investit l’hôpital Cochin qui refuse de pratiquer l’IVG et réalisent 6 avortements “sauvages”
  • 3 mars (1985) : Fin de la grève des mineurs britaniques après un an de grève
  • 3 mars (1994) : Première manifestation contre le CIP (contrat d’insertion professionnel)
  • 3 mars (1962) : destruction de la librairie et de la rédaction du Monde libertaire par un attentat de l’OAS, 3, rue Ternaux (XIe).
  • 5 mars (1886) : action et coups de feu de Charles Gallo à la Bourse de Paris.
  • 7 mars (1975) : le MLAC investit l’hôpital Cochin qui refuse de pratiquer l’IVG et réalisent 6 avortements “sauvages”
  • 7 mars (2006) : manifestations sauvages, barricades sur le cours de Vincennes (mouvement dit du CPE).
  • 8 mars (2006) : début de l’occupation de la Sorbonne (mouvement dit du CPE).
  • 9 mars (1883) : Manifestation des sans-travail, emmenée notamment par Louise Michel et Émile Pouget : pillage de trois boulangeries et affrontements avec la police. Louise Michel se prendra 6 ans de prison à la suite de ça.
  • 9 mars (1883) : manifestation des “sans-travail”, emmenée notamment par Louise Michel et Émile Pouget : pillage de trois boulangeries et affrontements avec la police. Louise Michel se prendra 6 ans de prison à la suite de ça.
  • 9 mars (2006) : blocages dans le centre de Paris, barricades puis affrontements devant la Sorbonne (CPE)
  • 10 mars (1994) : affrontement à Bastille à la fin d’un cortège monstre contre le CIP (contrat d’insertion professionnel)
  • 10 mars (1997) : occupation des locaux de l’agence Air France de la Maison de la radio à Paris, par des membres du comité « Boycottez et harcelez Air France » (BHAF).
  • 10 mars (2007) : autoréduction de précaires au festival du cinéma du réel (cf. www.cip-idf.org/article.php3?id_article... )
  • 10 mars (2006) : affrontements devant la Sorbonne occupée, rejointe par des centaines de personnes puis expulsion (CPE).
  • 11 mars (1892) : Ravachol pose une bombe boulevard Saint-Germain au domicile du président de la cour d’assises qui avait demandé la tête de trois camarades. Gros dégâts, pas de victime.
  • 13 mars (1901) : mort de Fernand Pelloutier à Sèvres (92).
  • 13 mars (2006) : manifestation sauvage puis occupation du Collège de France pendant quelques heures (CPE).
  • 14 mars (1872) : Thiers fait voter la loi de répression dite loi Dufaure, interdisant d’être membre de l’AIT.
  • 14 mars (2006) : balades sauvages de lycéens, manif puis affrontements pendant plusieurs heures (CPE).
  • 15 mars (1894) : Joseph Pauwels (dit Etienne Rabardy) meurt, victime de sa propre bombe dans l’église de la Madeleine.
  • 15 mars (1998) : occupation de l’église Notre-Dame-de-la-Gare (XIIIe), vite expulsée. 200 arrestation et 100 mises en rétention en 2 jours.
  • 16 mars (1871) : Thiers tente de récupérer les canons de la place des Vosges
  • 16 mars (1909) : début de la grande grève des postiers
  • 16 amrs (1935) : ouverture du Musée du soir à l’initiative d’Henry Poulaille, bibliothèque de prêt et lieu de rencontre, 69 rue Fessard
    (XIXe)
  • 16 mars (2006) : énorme manifestation, affrontements place de la Sorbonne, attaque de fafs (mouvement du CPE)
  • 18 mars (1871) : début de la commune de Paris après que 6000 militaires aient marché sur Montmartre pour récupérer des canons
  • 18 mars (1996) : occupation de l’église Saint-Ambroise (XIe) par 300 sans-papiers (et début médiatique du mouvement des sp)
  • 18 mars (2006) : manifestation et émeute place de la Nation pendant le mouvement du CPE. 34 flics blessés, un militant Sud-PTT dans le coma.
  • 19 mars (1871) : Fédération de la Garde nationale et annonce d’élections pour le Conseil de la Commune de Paris
  • 20 mars (2006) : début de l’occupation de l’EHESS. Blocages d’autoroute ou de voies SNCF + manifs ds le 93 (CPE)
  • 20 mars (1922) : un anarchiste chinois, Lee Ho Ling, tente d’assassiner un ministre chinois rue des Plantes (XIVe)
  • 21 mars (2006) : affrontements et blocages de lycées, notamment dans le 93, 91 et 77
  • 22 mars (1994) : manifestation massive contre le Contrat d’insertion professionnelle (CIP)
  • 22 mars (1968) : occupation à Nanterre.
  • 22 mars (1996) : expulsion des sans-papiers de l’église
    Saint-Ambroise
  • 23 mars (2006) : affrontements avec la police, barricades, blocage de Bastille, manif énorme et 262 interpellations (CPE)
  • 24 mars (1994) : affrontements massif entre la foule et les CRS place de la nation, durant une manifestation contre le CIP (contrat d’insertion professionnel)
  • 24 mars (2006) : expulsion de l’EHESS, 72 interpellations. Emeute à Saint-Denis.
  • 26 mars (1871) : élections de la Commune de Paris
  • 27 mars (1901) : loi rendant obligatoire le repos hebdomadaire
  • 28 mars (1998) : énorme manif contre le FN alors même que le début du mouvement des sans-papiers est réprimé.
  • 28 mars (1871) : proclamation de la Commune de Paris et installation à l’Hôtel de Ville (Commune)
  • 28 mars (2006) : 700 000 personnes manifestent à Paris, le SO de la CGT, l’AFP occupé (CPE)
  • 29 mars (2006) : blocage du périph’ (CPE)
  • 29 mars (1871) : abolition de l’armée de métier, annulation des dettes de loyers (Commune).
  • 30 mars (1892): arrestation de Ravachol, 22 boulevard Magenta (Xe).
  • 30 mars (2006) : blocage du périph’ vers porte de Châtillon. Manif sauvage à Châtelet puis occupation des voies à Gare de Lyon. Nombreux blocages de routes en IDF par des lycéens. (CPE)
  • 31 mars (2006) : manif sauvage pendant 7 h, une cinquantaine de commerces attaqués (banques, agences d’intérim, etc.) (CPE)

Avril

  • 1er avril (1974) : sortie à Paris du premier numéro du mensuel “Le Réfractaire” (tenu notamment par Louis Lecoin et May Picqueray)
  • 1er avril (1998) : 26 interpellations lors d’une diff de tracts à Roissy contre les expulsions de sans-papiers.
  • 2 avril (1871): décret de séparation de l’Église et de l’État. Offensive surprise des Versaillais sur Courbevoie.
  • 2 avril (1916) Sébastien Faure lance le journal antimilitariste “Ce Qu’il Faut Dire” (lointain ancêtre de CQFD)
  • 3 avril (1964) : première apparition du A cerclé dans le nouveau bulletin du groupe parisien des Jeunes libertaires
  • 4 avril (1894) : bombe dans le restaurant Foyot (VIe), dont Félix Fénéon sera suspecté d’être l’auteur. Présent par hasard, l’écrivain anarchiste Laurent Thaillade perd un œil.
  • 4 avril (2006) : affrontements après une nouvelle grosse manif, 383 interpellations. (CPE)
  • 6 avril (2006) : occupation des voies des gares de l’Est, Saint-Lazare et du Nord. Un bus vide utilisé pour forcer un barrage de CRS à La Chapelle. Blocages de routes dans le 93. (CPE).
  • 8 avril (1982) : première arrestation de Joëlle Aubron (avec Mohand Hamami).
  • 7 avril (2006) : Manif sauvage. piratage d’une émission de France 2, un bandeau noir demande le retrait du CPE.
  • 8 avril (2006) : un incendie à Nanterre condamne le bâtiment de Sciences-Eco pour une semaine (CPE).
  • 9 avril (1898) : loi qui oblige les patrons à indemniser les ouvriers en cas d’accident du travail.
  • 10 avril (1996) : arrivée de sans-papiers en lutte dans des locaux de la SNCF rue Pajol (XIXe)
  • 11 avril (1871) : création d’un conseil de guerre, les Versaillais commencent leur offensive.
  • 11 avril (1896) : réouverture de la Bourse du Travail de Paris après 3 ans d’occupation par l’armée (?).
  • 12 avril (1871) : décret sur les échéances : toutes les poursuites sont suspendues (loyers, etc.). Décision d’abattre la colonne Vendôme.
  • 12 avril (1913) : grosse manifestation de sans-logis emmenée par Georges Cochon, secrétaire de la fédération des locataires, et occupation de l’Hôtel de Ville pour le “Droit au Logement pour tous”.
  • 13 avril (1834) : massacre de la rue Transnonain (actuellement rue Beaubourg, IIIe) après qu’un militaire ait été tué pendant une émeute. 2 jours d’émeute, plus d’un millier d’arrestation et une dizaine de morts.
  • 13 avril (1905) : premier numéro de l’hebdomadaire l’Anarchie lancé notamment par Libertad.
  • 15 avril (1933) : à Puteaux, tentative de relancer l’Umanita Nova, “La vecchia Umanita Nova”. Il sera interdit dès le premier numéro comme l’avait été Umanita Nova et la Protesta.
  • 15 avril (1980) : attentat à la roquette antichars contre le ministère des transports et bombe contre les bureaux du Service d’information routière du Ministère des Transports à Paris. (revendiqué par Action Directe)
  • 15 avril (1981) : deux braquages par Action Directe, un policier tué.
  • 16 avril (1996) : création du collectif “Des papiers pour tous”
  • 18 avril (1870) : création d’une Fédération parisienne de l’AIT.
  • 21 avril (1913) : exécution d’André Soudy, de Raymond Callemin, et d’Elie Monier trois membres de “la bande à Bonnot” devant la prison de la Santé
  • 23 avril (1919) : loi sur la journée de 8 heures.
  • 24 avril (1871) : réquisition des logements vacants (la Commune).
  • 24 avril (1912) : Bonnot tue le sous-directeur de la Sûreté, Jouin, à Ivry, alors que celui-ci tente de l’arrêter.
  • 24 avril (1998) : Air France annonce l’arrêt de sa participation aux expulsions, à la suite des mobilisations commencées à Paris.
  • 25 avril (1892) : la veille du procès de Ravachol, une bombe explose au restaurant Véry (M° Bonsergent) où il a été arrêté. Le restaurateur, qui l’avait balancé, meurt, ainsi qu’un un ouvrier typographe qui n’avait rien à voir.
  • 25 avril (1959) : mort de Georges Cochon, secrétaire de la Fédération des locataires, déserteur en 1917, spécialiste des déménagements “à la cloche de bois”.
  • 25 avril (1968) : le député de l’Essonne Pierre Juquin (PCF) est expulsé de Nanterre par des étudiant·e·s.
  • 26 avril (1892) : début du procès de Ravachol et de 4 autres personnes pour deux explosions.
  • 26 (27 ?) avril 1985 : attentat d’Action directe contre le siège du FMI à Paris.
  • 27 avril (1855) : naissance à Paris de Caroline Rémy (dite Séverine), féministe et libertaire
  • 27 avril (1894) : procès d’Emile Henry pour les attentats du café Terminus et du comico de la rue des Bons-Enfants.
  • 27 avril (1911) : sortie du premier numéro du quotidien “La Bataille syndicaliste”, animé par des syndicalistes révolutionnaires et des anarchistes, tiré jusqu’à 45 000 exemplaires.
  • 28 avril (1912) : Jules Bonnot, traqué par la police, est abattu par la police à Choisy-le-Roi (94). Le garagiste et anarchiste qui l’héberge, Jules Dubois, est aussi tué lors de l’assaut.
  • 30 avril (1870) : ordre d’arrêter tous les membres de la 1re Internationale.

Mai

  • 1er mai (1891) : à Clichy-sous-Bois, les flics tabassent et tirent sur les anarchistes Henri Decamps, Charles Dardare et Louis Leveillé lors d’une manifestation. Les deux premiers seront ensuite condamnés à plusieurs années de prison.
  • 1er mai (1906) : grève générale pour la journée de 8 heures. Emeutes et barricades autour de la bourse du travail, sur les quais du canal Saint-Martin… Répression féroce de Clémenceau : 800 arrestations, 2 morts, de nombreux blessés.
  • 1er mai (1907) : place de la République, l’individualiste Jacob Law tire sur les cuirassiers à cheval chargé de réprimer la manifestation.
  • 1er mai (1968) : première manifestation depuis 1954 (les manifs du 1er mai étaient interdites depuis 14 ans). Bagarre entre anars et communistes.
  • 1er mai (1979) : premier attentat d’Action Directe, des tirs sur la façade CNPF (renommé depuis Medef)
  • 2 mai (1906) : début de la grève des carriers des sablières (Draveil-Villeneuve-le-Roi, Essonne) qui sera réprimée dans le sang par la troupe.
  • 2 mai (1968) : la fac de Nanterre est fermée sur ordre du doyen, notamment après des menaces du groupe d’extrême droite Occident d’attaquer le campus. Des membres du mouvement du 22 mars en conseil de discipline.
  • 3 mai (1906) : Vladimir Lapidus (appelé Striga) meurt, à 21 ans, dans l’explosion de la bombe qu’il transportait au Bois de Vincennes
  • 3 mai (1968) : la contestation s’étend à la Sorbonne. Premiers affrontements pendant plusieurs heures au Quartier Latin, arrestation de 600 personnes
  • 3 mai (1974) : les Gari kidnappent à Paris le directeur de la Banque de Bilbao, Angel B. Suarez, qui sera séquestré 16 jours avant le versement d’une rançon de 3 millions de farncs. Lucio Urtubia fera de la taule pour ça.
  • 4 mai (1895) : parution à Paris du premier numéro du journal de propagande anarchiste de Jean Grave, «Les Temps Nouveaux». 
  • 5 mai (1835) : procès des insurgés d’avril 1834 (notamment des canuts lyonnais) devant la Cour des pairs.
  • 5 mai (1891) : premier numéro à Paris de «L’Endehors», fondé par Zo d’Axa.
  • 5 mai (1968) : étudiants condamnés pour violences sur agents.
  • 5 mai (1998) : action du CAE : blocage d’un train qui emmène un sans-papiers à Marseille en Gare de Lyon par 200 personnes. 
  • 6 mai (1968) : violents affrontements dans le Quartier latin, 600 blessés, 400 interpellations.
  • 8 mai (1879) : mort de  Nathalie Lemel à l’hospice d’Ivry (née DUVAL), révolutionnaire, communarde et féministe, fondatrice avec Varlin d’une coopérative alimentaire, “La Marmite”. Déportée en Nouvelle-Calédonie avec Louise Michel.
  • 9 mai (1871) : Prise du fort d’Issy (92) par les Versaillais. 
  • 10 mai (1796) : arrestation de Gracchus Babeuf, de Philippe Buonarroti et de 245 " Égaux " (conjuration des Egaux).
  • 10 mai (1968) : émeutes lors de la nuit dite “des barricades”, notamment rue Gay-Lussac. 250 flics blessés, 470 interpellations. Réouverture de Nanterre.
  • 12 mai (1839) : tentative d’insurrection de la Société des Saisons, menée par Barbès, Blanqui et Bernard, rue Saint-Denis et rue Saint-Martin. 77 morts chez les insurgés, 28 chez les militaires. 700 interpellations les jours suivants.
  • 12 mai (1894) : avenue Kléber (XVIe), l’explosion d’une bombe devant l’hôtel de Massing cause d’importants dégâts.
  • 12 mai (1895) : Emile Pouget lance un nouvel hebdomadaire “La Sociale” après l’interdiction du “Père Peinard”. Ca lui vaudra un séjour de 4 mois en prison.
  • 13 mai (1894) : explosion d’une bombe contre la demeure de l’abbé Garnier, au 17 avenue Niel (XVIIe).
  • 13 mai (1968) : grève générale et manif de 800 000 pers.
  • 14 mai (1918) : 100 000 manifestants en soutien aux grévistes de Renault transformée en usine d’armement. La grève dure du 13 au 20 mai.
  • 14 mai (1968) : la Sorbonne déclarée “commune libre”.
  • 15 mai (1848) : manifestation en faveur de la Pologne insurgée, le Palais Bourbon encerclé et investi par plusieurs dizaine de milliers de manifestants, repoussés par la garde nationale. L’Hôtel de Ville occupé puis expulsé.
  • 15 mai (1968) : occupation du théâtre de l’Odéon.
  • 15 mai (1912) : à Nogent-sur-Marne (94), Octave Garnier et René Valet, derniers fugitifs de la bande à Bonnot, meurent dans l’assaut de leur planque.
  • 16 mai (1871) : destruction de la colonne Vendôme, “monument de barbarie”, décidé par la Commune de Paris.
  • 16 mai (1968) : les usines de Renault à Billancourt (92) et à Flins (78) en grève sauvage.
  • 17 mai (1968) : marche des étudiants en direction de Billancourt, désapprouvée par les syndicats.
  • 19 mai (1874) : lois sur le travail (création de l’Inspection du travail, journées limitées à 12 h, travail des enfants interdit avant 12 ans – avec des exceptions –, obligation du repos hebdomadaire)
  • 20 mai (1795) : insurrection populaire à Paris. L’armée désarme le faubourg Saint-Antoine.
  • 21 mai (1894) : Emile Henry est guillotiné place de la Roquette pour avoir lancé une bombe au Café Terminus (l’explosion avait fait un mort et une vingtaine de blessés)
  • 21 mai (1871) : début de la Semaine sanglante, les Versaillais entrent dans Paris.
  • 22 mai (1892) : inauguration de la Bourse du Travail de Paris.
  • 22 mai (1996) : fin de la grève de la faim des sans-papiers de Pajol
  • 24 mai (1871) : fin de la Semaine sanglante, incendie de l’Hôtel de ville.
  • 24 mai (1968) : Nuit d’émeute dans tout Paris suite à l’allocution de De Gaulle
  • 25 mai (1864) : loi Ollivier qui reconnaît le droit de grève et la fin du délit de coalition
  • 25 mai (1923) : l’anarchiste Georges Taupin tire un coup de revolver dans les locaux de l’Action Française, rue de Rome.
  • 25 mai (1926) : Samuel SCHWARTZBARD tue de plusieurs coups de revolver le leader nationaliste ukrainien Simon  Petlioura, qu’il tient pour responsable des pogroms en Ukraine en  1919-1920. Jugé le 26 octobre 1927, il est acquitté sous les acclamations du public. A l’issue de ce procès sera créée la LICRA.
  • 26 mai (1936) : début des grèves avec occupation d’usine dans la métallurgie parisienne
  • 27 mai (1797) : Gracchus Baboeuf et des membres de la Conjuration des Egaux sont guillotinés.
  • 27 mai (1848) : les ouvriers peuvent voter et être éligibles aux Prud’hommes.
  • 27 mai (1871) : Semaine sanglante (du 21 au 28), combats dans le Père Lachaise.
  • 27 mai (1968) : accords de Grenelle
  • 29 mai (1919) : défaite de la grande grève des cheminots. 18 000 révocations.
  • 29 mai (1942) : port de l’étoile jaune obligatoire.
  • 31 mai (1905) : attentat contre le président Loubet et le roi d’Espagne rue de Rivoli par un anarchiste espagnol qui ne sera jamais retrouvé. Quatre blessés mais les dirigeants sont indemnes.
  • 31 mai (1942) : manifestation de femmes contre le rationnement rue de Buci, deux flics sont tués.

Juin

Juillet

  • 14 juillet (1789) début de la Révolution française, le peuple de Paris assiège et prend d’assaut la prison de la Bastille
  • 14 juillet (1889) à Paris, se tient le congrès constitutif de la IIe Internationale Socialiste et le congrès des “Possibilistes” partisans de Paul Brousse, les anarchistes assisteront aux deux congrès.
  • 14 juillet (1922) avenue Marigny à Paris, l’anarchiste Gustave Bouvet tire deux coups de révolver sur le cortège présidentiel qui revenait de la revue militaire de Longchamp.
  • 15 (juillet 1894 ?), sortie à Paris du premier numéro (non daté) du journal “L’Etat Naturel et la part du prolétaire dans la civilisation” par Emile Gravelle.
  • 15 juillet (1886) l’anarchiste Charles GALLO comparaît à nouveau devant la “justice” pour son attentat raté du 5 mars à la Bourse de Paris. Il exprime son regret de n’avoir pas réussi. “Les agents de change étaient partis. J’étais toujours certain d’avoir un agioteur ou un tripoteur qui spécule sur la misère du peuple. J’ai jeté le flacon (d’acide prussique), malheureusement je n’ai tué personne.”
  • 15 juillet (1908) 33 rue Guersant à Paris, une bagarre éclate dans un restaurant coopératif lorsqu’un commissaire de police (accompagné d’un secrétaire, d’un inspecteur et de deux agents du service anthrométrique) tente d’arracher un drapeau affiché sur la vitrine de l’établissement sur lequel est inscrit des slogans antimilitaristes dont “A Bas la Patrie!”.
  • 20 juillet (2001) (Italie) : Le 20 juillet 2001, après Göteborg, c’est à Gênes (Italie) que se sont donné rendez-vous les militants antimondialisation pour protester contre la tenue du Sommet du G8. Le centre ville a été pour l’occasion militarisé et isolé du reste du monde par de hautes barrières métalliques (zone rouge). Mort du manifestant Carlo Guliani assassiné par les carabinieri à Gênes.
  • 20-23 juillet (1944) : Écrasement du maquis du Vercors par la Wehrmacht 650 maquisards sont tués.
  • 20-21 juillet : Les accords de Genève sur l’Indochine impliquent une armistice et un cessez-le-feu.
  • Le 21 juillet (1931) : mort d’Emile POUGET
  • 23 juillet (1907) : Loi sur les conseils de prud’hommes. Elle regroupe les dispositions encore en vigueur des lois et décrets antérieurs, intègre de larges pans de la jurisprudence relative aux conseils ainsi que certaines pratiques produites par l’expérience, et elle apporte d’importantes modifications à la législation existante.
  • Le 23 juillet (1902), à Paris, sortie du premier numéro du “Réveil de l’Esclave” sous titré : “Organe mensuel du Groupe Antimilitariste du Faubourg St-Antoine”, et à partir du numéro deux “Organe des ennemis de l’autorité”. L’administrateur et gérant de ce journal est Kiénert. Parmi les collaborateurs, on trouve Antoine Antignac, E. Armand, Henri Beylie, Georges Butaud, Georges Roussel, Francis Prost, Henri Zisly, etc. Neuf numéros sortiront jusqu’en mai-juin 1903. A noter qu’un numéro supplémentaire non daté est sorti en 1902.
    Epigraphe : “La puissance des maîtres n’est faite que de la servilité apportée à les servir par leurs esclaves”. Le titre ressortira d’octobre à décembre 1903 avec comme rédacteur Georges Roussel, et en 1904 à Alger, avec le sous-titre “Journal Libertaire syndicaliste”. Il sera repris ensuite par Lorulot à partir du 1er mai 1920.
  • Le 24 juillet (1936) : à Barcelone, départ par la route d’une Colonne de plusieurs milliers de combattant(e)s volontaires, avec à leur tête l’anarchiste Buenaventura Durruti (dont elle prendra le nom : “Colonne Durruti”). Elle se dirige vers Saragosse (Aragon), avec la ferme intention de reprendre la ville tombée aux mains des franquistes.
  • Le 25 juillet (1934) : mort de Nestor Ivanovitch MIKNIENKO dit MAKHNO
  • 27 juillet (1894) : Nouvelles « lois scélérates » de sûreté générale contre les anarchistes.

Août

Septembre

Octobre

Novembre

Décembre

   

Trop ouf le taf ! Vraiment pratique.